Actu

Baromètre des bad buzz 2019

Près de 530 bad buzz sur le web anglophone et francophone. Les entreprises gèrent de mieux en mieux ce risque qui pourrait cependant être encore plus limité avec une meilleure connaissance des sensibilités "tabous".

JPG - 43.3 ko

En bref

A l’origine de plus de la moitié des bad buzz, 3 sujets sensibles, les mêmes depuis 3 ans : les conflits avec les clients, la discrimination ethnique et le sexisme. Mais en 2019, ce sont les problèmes en rapport avec les clients qui dominent.

82% des victimes de bad buzz préfèrent communiquer désormais pour se défendre, le silence perd encore du terrain (-15% entre 2017 et 2019).

En revanche le mea culpa est une tactique de plus en plus prisée : + 7% par rapport à 2018 et 14% par rapport à 2017.

Tout comme le rétropédalage. Quand c’est possible de rétropédaler, près de la moitié optent pour cette tactique.

Au total l’an dernier, près de 30% des entreprises ont préféré renoncer à une initiative/une pratique à l’origine du bad buzz, soit une augmentation de 10% en deux ans.

Ci-dessous la présentation slides du Baromètre des Bad Buzz MMC 2019

PDF - 2.5 Mo
6 janvier - par MMC

> Retour : Baromètre des bad buzz 2018

MMC muzard@me.com | 10 rue du Colisée 75008 Paris France |