Actu

Good ou bad, le buzz avance masqué

Pas toujours facile de savoir si un buzz est "good" ou "bad", la tribune de Marie Muzard pour Widoobiz livre quelques indices


Interview dans Stratégies


Interview de la Gazette des communes

Les villes, administrations ...sont de plus en plus exposées aux bad buzz


La pub U qui fait hurler les bébés et la toile

Décryptage par MMC d’une pub censée faire le buzz et qui a généré un very bad buzz, sur le web social


Le livre "Very Bad Buzz" vient de paraître

Aujourd’hui les bad buzz se développent au rythme d’une pandémie et représentent le risque numéro 1 pour près de la moitié des dirigeants . Very Bad Buzz : méthode pour préserver sa réputation sur internet, devrait rassurer grandes et petites entreprises, élus, personnalités, commerçants … et tous ceux d’entre nous dont l’activité nécessite une image sans tache. Environ deux tiers des bad buzz des 3 dernières années sont liés à des initiatives de communication ou des pratiques qui ont transgressé un des sujets « tabous » du web (par exemple le tabou sexiste, la discrimination raciale…).


Les 5 bad buzz de 2016 et comment les éviter

Les Echos publient les chiffres clefs de notre baromètre annuel sur les bad buzz 2016. Un papier intéressant qui décrypte les bad buzz de l’année, en voici quelques extraits cf (fichier ci-dessous).

Les pires bad buzz des entreprises françaises

Le magazine Capital décrypte les bad buzz tricolores à partir de notre baromètre annuel des bad buzz.

Les starts up de plus en plus exposées aux bad buzz

Logbar, Total Beauty, Moonpig.. ! Ces exemples, parmi bien d’autres montrent que le risque de polémique sur internet n’est plus l’apanage des groupes internationaux. Les starts up sont de plus en plus exposées au risque de bad buzz. Dans 40%* des cas, le bad buzz a un impact négatif pour l’entreprise qui en est l’objet.


Marie Muzard lance mynetwords.com

Marie Muzard a créé myNetwords pour décrypter « les mots » du web et des réseaux sociaux qui contaminent de plus en plus notre langage courant…en tout cas le langage tendance ! Pour en savoir plus cliquez sur le titre de ce billet, ci-dessus.


Mynetwords en Chinois

Mynetwords, http://www.mynetwords.com, le dictionnaire (créé par Marie Muzard) qui décrypte le langage d’internet, lance une version chinoise de son site. Mynetwords est désormais le seul dico du web à s’adresser à la fois aux internautes anglophones, francophones et chinois qui représentent environ 800 millions de personnes.


0 | 10 | 20

MMC muzard@mmc-comm.com | 10 rue du Colisée 75008 Paris France | +33 1 41 05 09 60